les sentiments

N°34 SS20
Rhita Cadi Soussi

C’est théoriquement une affaire d’apparence, d’être au monde. Mais la mode, ou du moins son image, s’est tournée vers l’intériorité, l’émotion et les sentiments. Quelques pistes pour cette volte-face.

la mode autophage

N°34 SS20
Alizée Keller

Dans « La Société autophage », Anselm Jappe défendait l’idée d’une société engagée dans un vaste processus d’autodestruction, notamment environnementale. Souvent vilipendée, parfois à tort, la mode en semble tout de même l’incarnation.

this is grotesque!

🇬🇧
N°33 FW19
Céline Mallet

What is the grotesque called in fashionable state? A subversive body, a poem of protest deconstructing the violence of norms that, through our catwalks, speaks to the outrage toward our current system.

dans le vide

N°33 FW19
Rhita Cadi Soussi

« Le film paraît plus cohérent, mais cela tient peut-être au fait qu’on a déjà parcouru une fois ce labyrinthe. En en sortant, on reste peut-être plus calme, mais toujours aussi ébahi de ce mélange d’invention débordante et de puérilité. »

je n'aime pas le skate

Payam Sharifi

Le skate est une pratique autiste, d'un sport lui-même autiste.

beauté spéciale

N°33 FW19
Céline Mallet

Quid de la beauté en 2019 et au-delà ? Loin du bien-être usuel, le magazine papier ‘Dazed Beauty’ livre une fantasmagorie en numérique, où les miroirs enchanteurs des réseaux mutent pour des horizons quelque peu dystopiques – où le beau bizarre baudelairien flirte avec les lubies du ‘biohacking’, et le tube de gloss avec une aile de dragon.

into the void

🇬🇧
N°33 FW19
Rhita Cadi Soussi

‘The film seems more coherent, but it may be due to the fact that we have already gone through this labyrinth before. On leaving, we may be calmer, but still astonished by this mixture of abundant invention and childishness.’ 1

grotesque!

N°27 Spring 17
Céline Mallet

De quoi le grotesque est-il le nom en pays mode ? D’un corps subversif, d’une poésie contestataire, qui déconstruisent la violence des normes et de nos parades, et disent peut-être aujourd’hui les outrances d’un système.

burberry/tisci

N°33 FW19
Mathieu Buard & Céline Mallet

La florissante maison anglaise Burberry, qui a entretemps laissé le « s » au vestiaire et la calèche au square, trace une autoroute vers l’avant, avec une accélération perceptible et une appropriation du nouveau. La marque apparaît gravée comme l’éternité de la famille royale : inaltérable, imputrescible, et se saisissant cependant des nouveaux médias, des systèmes et des langages éditoriaux, avec plus ou moins de virtuosité.

la virilité est-elle soluble dans le gender-fluid ?

N°32 SS19
Adrian Kammarti

En convoquant la figure de l’homme indifférencié, les collections masculines du Printemps-Été 2019 esquissent de nouvelles formes de masculinité. Réaffirmée ou reniée, quel devenir pour la notion de virilité ?

is virility soluble in genderfluid?

🇬🇧
N°32 SS19
Adrian Kammarti

By summoning the figure of undifferentiated man, the Spring-Summer 2019 men’s collections draft new forms of masculinity. Reaffirmed or abandoned, what will become of virility?

feelings

🇬🇧
N°34 SS20
Rhita Cadi Soussi

It’s theoretically a matter of appearance, a way of being in the world. But fashion, or at least the fashion image, has turned towards interiority, emotion and feelings. Here are a few clues in order to understand this change in direction.

on trends

🇬🇧
N°1 Fall 10
Anja Cronberg

"Trend" has become an adjective and has gradually lost its meaning. It is, however, a concept inherent to fashion, to be tamed in ten points.

le recyclage des formes

N°32 SS19
Gabrielle Hamilton Smith

La mode n’inventerait plus rien. Elle ne ferait que recycler, ressusciter, remixer. Elle ne serait plus capable que de farfouiller mélancoliquement – ou hystériquement – dans ses propres archives, dans les greniers de sa gloire et de son inventivité passée…

scénographier l’art

N°32 SS19
Emilie Hammen

Quelques initiatives d’une galerie suisse – une récente participation à la Fiac et une autre, plus ancienne, à Art Basel Miami – sont prétexte à éclairer des affinités entre industries de l’art et de la mode.

the recycling of forms

🇬🇧
N°32 SS19
Gabrielle Hamilton Smith

Fashion seems to no longer invent anything, it only recycles, resurrects, remixes. Apparently it’s only capable of wandering sorrowfully – or hysterically – amongst its own archives, in the attics of its glory and its former creativity. It’s even content to simply recuperate, as they are, forms that it invented ten or twenty years ago at best…

léo s.

N°18 Winter 14
Mathias Ohrel

Léo S est assis sur un tabouret, au bar du Bedford, et paraît confortable. Comme s’il était chez lui dans cette ancienne maison de plaisirs. Il habite en face dans la rue, l’hôtel des la Rochefoucauld, « construit en 1872 pour fêter la Commune, l’écrasement de la classe ouvrière »…

the bored generation

N°32 SS19
Rhita Cadi Soussi

« Octave revient de loin. Pour lui la vie sans cocaïne est presque une découverte. C’est un peu comme la vie sans télé pour certains. Tout est plus lent et l’on s’ennuie vite. Il se dit que c’est peut-être ça le secret qui sauverait le monde : accepter de s’ennuyer. Pas facile. »1

la mode contre la mode

N°31 FW18
Gabrielle Hamilton Smith

Durable, éco-responsable, éthique… le design a retrouvé une raison d’être en verdissant ses process et ses objets – bien souvent surabondants. Quid de la mode ? Si les préoccupations écologiques sont présentes, elles entrent en conflit avec le désir de mode, qui se laisse difficilement dicter sa loi.

la femme billboard

N°31 FW18
Rhita Cadi Soussi

Les femmes billboards sont des utopies de proximité. Elles s’autoproclament porte-manteaux rentables et proposent leur image au plus offrant pour la livrer en pâture à un public en quête de style et de sens. Ce business est en réalité le glissement naturel des désirs…

la mode sans le sou

N°30 SS18
Gabrielle Hamilton Smith

« On a fait comme ça parce qu’on n’avait pas d’argent. » « Parce qu’on n’avait pas le choix. » Défiler dans des lieux miteux, pratiquer le casting de rue (ou de proches), récupérer, recycler, montrer des vêtements inachevés…

800 millions de captifs

N°30 SS18
Rhita Cadi Soussi

Entre engouement et tendance, réalité et fiction, les marques sont revenues au même niveau que l’être humain : elles sont en compétition avec les profils extraordinaires et le commun des mortels.

d’une école à l’autre

N°29 FW17
Emilie Hammen

Les cursus mode se sont multipliés, attirant toujours plus d’étudiants bien que les formations soient majoritairement payantes. Outre la fascination que constitue le monde – merveilleux – de la mode, une autre raison peut être la professionnalisation qu’offrent ces formations. Mais est-ce un bon calcul ?

de vrais vêtements ?

N°27 Spring 17
Gabrielle Hamilton Smith

L’opposition entre mode et vêtements, sous-entendu entre habits futiles et « vrais vêtements », nourrit aujourd’hui le travail et le discours de certains designers, se donnant pour projet de revenir à un vêtement « réaliste ». Mais de quoi est-il question quand on parle de vêtement « réel » ou de « vrai » habit ?

mais pourquoi défiler ?

N°1 Fall 10
Cédric Saint André Perrin

À Paris, entre in et off, le calendrier des collections de prêt-à-porter enchaîne pas moins de cent défilés sur neuf jours. Mais à quoi bon s’échiner à lancer des filles piétiner de long en large sur des podiums ?

mode sacrée, mode profane

N°27 Spring 17
Céline Mallet

Politique et morale, la mode l’est forcément, qui épouse les mœurs et son temps. Avec l’avènement de la mode « pudique », il se pourrait qu’elle devienne aussi religieuse. En 1998, Terry Richardson signait pour le magazine i-D une série mode sur le thème du voile…

le marketing du bonheur

N°26 Winter 16
Rhita Cadi Soussi

Morosité, crises et tristesse… la mode a absorbé des cycles d’émotions humaines. Arrivée au bord de la moue et des grimaces, elle fait revivre les cœurs vivaces d’une innocence révolue.

journal intime

N°21 Fall 15
Céline Mallet

À quoi rêvent les stylistes ? Plateforme drôle et dandy réservée aux happy few, le compte Instagram de Camille Bidault Waddington cultive la curiosité et l’association libre.

contre les piétions

N°5 Fall 11
Yorgo Tloupas

Impossible de mettre le nez dehors sans les voir. Utopique de circuler sans les rencontrer déambuler, hagards, le téléphone collé à l’oreille, dessinant des cercles irréguliers ; le piéton reste une curiosité dont on pourrait se passer.

la petite édition de la mode

N°21 Fall 15
Emilie Hammen

une griffe de mode ne se définit plus seulement à travers ses silhouettes, mais bien plus encore à travers les photos, films et autres supports visuels qui les capturent et les disséminent

contre le scooter

N°20 Summer 15
Yorgo Tloupas

À deux ou trois roues, on en croise des dizaines tous les jours et ils semblent avoir été élus « moyen de locomotion le plus pratique/rapide/économique ». Tout le monde aime le scooter. Mais pas nous.

richard prince

N°20 Summer 15
Céline Mallet

À quoi ressemble le site d’un artiste, considéré par la critique comme le maître de l’appropriation ? À un labyrinthe d’images et à une mise en abîme des pratiques digitales contemporaines. Portrait du plasticien en vampire lubrique et bibliophile.

mode et mondanités

N°5 Fall 11
Cédric Saint André Perrin

Paris est une fête. La capitale de la mode. Et la mode un métier on ne peut plus social. Pour communiquer, générer du rêve et asseoir leur puissance, les griffes développent moult événements. Revue de détail de ces manifestations qui relèvent de l’obligation professionnelle autant que de la partie de plaisir.

alain g.

N°20 Summer 15
Mathias Ohrel

Printemps 1995, 2005 et 2015. Quand j’étais marié et que je vivais dans le 11e, il y a presque vingt ans maintenant, je croisais souvent Christian Lacroix et Alain G. dans la rue de Charonne. Sans jamais leur avoir adressé la parole, ils étaient déjà à mes yeux inspirants, souriants, élégants.

le couturier, un curator comme les autres ?

N°20 Summer 15
Emilie Hammen

Le printemps parisien dévoile cette année un nombre impressionnant d’expositions de mode. En ses chapelles habituelles, mais aussi en d’autres lieux moins familiers des chiffons, de la Cité de l’histoire de l’immigration au Grand Palais.

not that kind of girl

N°19 Spring 15
Mathieu Buard & Céline Mallet

On les remarque comme des ovnis dans le tunnel pub à l’entrée des magazines, sans produits, déroutants, à l’image d’un nom énigmatique. Retour sur les campagnes de Comme des Garçons et décryptage argumenté.

notes sur la mode japonaise, 1970-2000

N°19 Spring 15
Alice Morin

Dans le Paris des années 1980, émergent un certain nombre de créateurs qui y mèneront carrière, dont certains venus du Japon. Leurs noms sont nouveaux et leurs vêtements sans compromis. Le succès est immédiat et influencera les décennies suivantes.

italian chocolate

N°19 Spring 15
Céline Mallet

C’est bien joli d’avoir plusieurs métiers, dont celui d’être hyper visible n’est pas le moindre. Donc une équipe et un site qui présente la vista, les collaborations et les pièces indispensables – car Anna Dello Russo est avant tout styliste.

tendances

N°1 Fall 10
Anja Cronberg

Certains mots sont usés jusqu’à la corde. Devenu adjectif, « tendance » s’est peu à peu vidé de son sens. C’est pourtant un concept inhérent à la mode, à apprivoiser en dix points.

vintage

N°2 Winter 10
Anja Cronberg

Le mot "vintage" est tellement utilisé quotidiennement par l'industrie de la mode qu'on peine à croire qu'il se réfère au passé. Retour en dix points sur le mot et la chose.

on vintage

🇬🇧
N°2 Winter 10
Anja Cronberg

The word "vintage" is so much used daily by the fashion industry that it is hard to believe that it refers to the past. Here is a ten-point look back at the word and the thing.

cool

N°3 Spring 11
Anja Cronberg

On n’emploie plus le terme « cool », ou alors au deuxième degré. Le concept a pourtant une histoire, qui se construit contre l’establishment. Retour en dix points sur une notion rebelle.

on cool

🇬🇧
N°3 Spring 11
Anja Cronberg

We no longer use the term "cool", or second degree. However, the concept has a history, which is built against the establishment. A ten-point review of a rebellious notion.

en général, en particulier et tout court

N°4 Summer 11
Robert Stadler

Les choses agaçantes sont omniprésentes. Alors pourquoi garder son flegme quand on peut également s’en énerver ?

à propos des magazines de mode

N°4 Summer 11
Anja Cronberg

Les magazines de mode servent à montrer des vêtements, c’est entendu. Autrefois destinés à de riches privilégiés, ils ont accompagné la démocratisation du prêt-à-porter, jusqu’à la mode de la rue. Retour sur une histoire mouvementée.

on the fashion magazine

🇬🇧
N°4 Summer 11
Anja Cronberg

Fashion magazines are used to show clothes, of course. Once intended for the privileged rich, they have accompanied the democratization of ready-to-wear, right up to street fashion. A look back at an eventful history.

le défilé

N°5 Fall 11
Anja Cronberg

Mise en scène commerciale, « preview » pour les journalistes, événement spectaculaire… le statut du défilé a évolué en un siècle et demi, mais tout semblait déjà présent aux balbutiements. Démonstration en dix points.

the catwalk

🇬🇧
N°5 Fall 11
Anja Cronberg

Commercial staging, "preview" for journalists, spectacular event... the status of the parade has evolved in a century and a half, but everything seemed to be already present in its infancy. Ten-point demonstration.

le mannequin

N°6 Winter 11
Anja Cronberg

C’est l’empirisme qui a été le père du mannequin tel que nous le connaissons. Des modèles de boutique aux podiums de défilé en passant par la publicité, petite histoire en dix points.

the model

🇬🇧
N°6 Winter 11
Anja Cronberg

Empiricism was the father of the mannequin as we know it. From shop models to catwalk catwalks to advertising, a little story in ten points.

je n'aime pas prague

Payam Sharifi

Je crois résolument au pouvoir de la négation. Cela ne veut pas forcément dire qu'on revoit ses attentes à la baisse; au contraire, la négation exige une forte responsabilité.

contre les valises à roulettes

N°1 Fall 10
Yorgo Tloupas

Parfois, il nous arrive d’être contre quelque chose, viscéralement. De ne pas en supporter l’idée, la vue ou même l’évocation. Premier coup de sang : la valise à roulettes.

valentino/piccioli

N°34 SS20
Mathieu Buard & Céline Mallet

Depuis 2016, Pierpaolo Piccioli a pris la tête de la Maison, laissant Maria Grazia Chiuri filer chez Dior, la sœur jumelle française. La figure de la Bella Donna – première dame chic, rouge et régnante – sonnait le *la* esthétique de Valentino. Mais, depuis, quoi de neuf ?

karilincoln

Mathias Ohrel

Nous sommes tous des Américains. Ou presque. Mr Lauren (Ralph) a gagné 16,14 millions de dollars cette année (salaire + bonus). Mais l’avenue de Clichy, en bas de chez moi, n’est pas Madison Avenue. Ici, les boutiques d’habilleurs de luxe s’appellent Sim.H, Sapiens, Rebecca Story, Jabi et Karilincoln

contre les commissions

N°6 Winter 11
Stéphanie Moisdon

Difficile d’y échapper si on convoite un poste la tête d’une école ou d’un centre d’art : les commissions sont ces assemblées étranges, dont les membres choisis de manière parfois mystérieuse élisent leur candidat dans un apparent consensus.

sacs de filles

N°31 FW18
Céline Mallet

Objet au long cours, le sac devenu « it bag » est un élément stratégique dans le programme des grands groupes du luxe actuel. Que peut un édito face à cette puissance affirmative ? Le sac de mode n’est-il qu’une version à peine améliorée du « shopping bag » ?

le vêtement comme libido

N°25 Fall 16
Gabrielle Hamilton Smith

Que désire-t-on quand on a envie de mode ? De distinction sociale, de pouvoir érotique ? Peut-être d’air frais tout simplement, d’un ciel nouveau. Changer de vêtements comme on changerait de vie en rêve : voilà certainement l’un des fondements souterrains de ce que l’on peut appeler la pulsion de mode.

des réseaux sociaux, de la mode et de son histoire

N°25 Fall 16
Emilie Hammen

Si mode et image – celle qu’on renvoie, qu’on se fait de soi-même et aujourd’hui qu’on publie – sont étroitement liées, leur coïncidence n’a jamais été aussi puissante qu’avec l’avènement des réseaux sociaux. Plus surprenant : les historiens de la mode semblent y retrouver leurs petits.

donner de sa personne

N°1 Fall 10
Céline Mallet

Bang ! Le nom du jus claque, les images signées Juergen Teller aussi. On est en mai 2010 et les blogs s’amusent ou fustigent le culot affiché par la publicité du dernier parfum homme de Marc Jacobs, le créateur lui-même s’y exhibe, nu et luisant comme un ver, un flacon oversized dans l’entrejambe, pris en flagrant délit d’auto-érotisme comme d’hyper narcissisme.…

balmain/rousteing

N°32 SS19
Mathieu Buard & Céline Mallet

Depuis près d’une décennie, la maison Balmain, aujourd’hui possédée par le Qatar, développe une communication tentaculaire combinant « empowerment » et « soft power » redoutablement efficace. Son leader charismatique, Olivier Rousteing, a élu pour dernière muse le 5e élément Milla Jovovich, amazone puissante. L’occasion d’un passage en revue des formats de communication Balmain, version Rousteing.